• Fragments

    FRAGMENTS
    Les poèmes offerts à votre lecture sur cet espace
    sont TOUS  PROTÉGÉS
    soit enregistrés auprès d'organismes officiels de protection du Copyright,
    plagiat vivement déconseillé, même partiel
    (copies et reproductions même partielles interdites,
    loi n° 57-298 de mars 1957 sur la propriété littéraire)

    Éditions européennes POÊSIAS :

    Dans les vents fânés de ma mémoire,
    de mon corps terrestre avec ses cicatrices,
    je rejoins la déchirure.


    La poésie est le cri
    dans l'insomnie du silence,
    mots fugitifs de l'espoir
    en alternance de la mémoire,
    dans la nuit des songes
    je fus cette voix.

    J'avance dans mon espace
    en le temps du verbe,
    plainte hallucinée
    dans l'enchevêtré des heures,
    j'ai effeuillé les mots
    en des terres d'innocence,
    chaque poème vivre à l'infini
    et toute poésie est errance.

    J'enfante une écriture
    au hasard des voyelles,
    vocables enchevêtrés
    sur des murs de papier,
    tout dire en un seul mot
    par la magie du verbe,
    mais les mots sont capricieux
    et ma main prisonnière.

    Mots qui sont entailles
    et disent les blessures
    dans le silence d'une larme,
    mots de nulle part
    dans le vide du ciel
    et la froideur des tombes,
    le mot est un poème
    dans le poème
    et l'écriture devient lumière
    vers l'espérance du jour.


    Dans l'éphémère des lettres
    suspendues à l'infini,
    des mots rares
    peignent de leurs feux
    des sillages lunaires.

    Poème, flamme obsessionnelle,
    paré de lumière
    tu t'inscrit dans l'instant sublimé.

    La mémoire est future
    en des clartés intérieures,
    longues errances écrites
    en un vécu des jours anciens,
    au parvis de l'être
    tous les pas furent tracés.


    d'autres poèmes seront à venir



     
    « HOMMAGE d'un AMIParution recueil "Femme" »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 18 Mai 2007 à 19:25
    Le spleen qui m'a provoqué bien d'émois en lisant ces vers, m'emplit encore à présent d'une série de sentiments contradictoires.Enfance et jeunesse sont passés par là, et je ressens bien tard dans mon âge adulte, des appels semblables, me paraît-il à ceux  que vous, Jacques-François, faites revivre ici, à travers ces poèmes si justes et émouvants.
    2
    Samedi 19 Mai 2007 à 12:06
    merci de votre texte émouvant, votre analyse est juste et suis touché par votre ressenti
    en amitié sincère
    3
    Isabelle Jasmin
    Vendredi 8 Septembre à 18:48

    Je me suis promenée sur les sentiers de ce blog comme on déambule dans les allées du Luxembourg. Je me suis assise sur les bancs de l'ineffable pour y respirer ces fleurs-poèmes.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :